Accueil


Pas de Fête Médiévale en 2014


GOUEL AR  GRENNAMZER  E PONTEKROAZ

LA FETE MEDIEVALE DE PONT-CROIX

  Pontekroaz, 1800 a annezidi, a zo savet war diribin kreisteiz un dorgenn, a-uc’h traoñienn ar stêr Waien, e-strad unan eus an diwezhañ aberioù difreuz e Breizh. Diaes eo gouzout orin ar gêr, ken kozh eo. Amañ, evel e meur a lec’h, e-pad kantvedoù, he deus laosket oberiantiz an dud he merkoù, dreist-holl war ar savadurioù, ha kement-se adalek ar Grennamzer betek hiziv. Met m’o deus cheñchet kement emdroadur an teknikoù sevel-tiez ha modoù bevañ an dud a-hed ar bloavezhioù, gouezet he deus ar gêrig mirout ardremez ha karakter ur gêr eus ar Grennamzer ; en-dro d’hec’h iliz-chabistr I.V. Roskudon, ur skouer zispar eus ur savouriezh relijiel anavezet dindan an anv “skol Bontekroaz” -- un tamm mat a architedoù a zo bet awenet ganti -- he deus dalc’het kêr-benn ar C’hap  he straedoù kammdroiek ha pavezet ha skalieroù ar “Rucher Vihan” hag ar “Rucher Vras” a gas ar pourmener eus kreiz kêr betek pont ar Geridreu.

   Pont-Croix, 1800 habitants, petite cité de caractère, est bâtie sur le flanc sud d’une colline dominant la vallée du Goyen au fond de l’une des dernières rias sauvages de Bretagne. Son histoire remonte à la nuit des temps. Ici, comme partout ailleurs au cours des siècles, l’activité humaine a laissé son empreinte notamment sur le bâti, et ce depuis le moyen-âge jusqu’à aujourd’hui. Mais si le temps, l’évolution des techniques de construction et des modes de vie ont beaucoup changé, le village, autour de sa Collégiale N-D de Roscudon, modèle d’architecture religieuse dont s’inspireront nombre de bâtisseurs de l’époque et connu sous le nom « d’Ecole de Pont-Croix », a su garder la configuration mais aussi beaucoup du caractère d’une cité médiévale.

  Sevel ur seurt gouel a zo deuet, e deroù ar c’hantved-mañ, da soñj ur strollad bihan a annezidi eus Pontekroaz dedennet ken gant istor o c’hêrig, ken gant hini ar Grennamzer.

  L’idée d’organiser ce type de fête est née d’un petit groupe de médiévistes, d’amoureux de Pont-Croix et de gens décidés à animer la ville en dehors de la saison touristique. Au cours de l’année 2002, constitués en association, ils préparent et organisent la première fête, celle de Pâques 2003. Ce fut une réussite totale, de même que la suivante, celle de 2005 organisée cette fois par l’Office de Tourisme dont une nouvelle association, le Comité pour la Fête Médiévale, prendra le relais.

2003.jpg

yves-et-gwen.jpg

 

  Ar gouelioù e 2007 a badas daou zevezh. Ma lakaer penn-ouzh-penn ar bilhedoù digoust d’ar Sadorn gant ar pred ar Grennamzer, re ar sul, ar strolladoù hag an diskouezerien, hep disoñjal an dud a-youl vat, e c’heller kontañ war-dro 7000 a dud sachet gant gêr-benn ar C’hap e-pad dibenn-sizhun Pask. Ar re o deus bet chañs da gemer perzh er gouel o deus dalc’het soñj betek hiziv eus ar Vikinged o sevel gant an aber war o “drakkar” adalek Gwaien, eus abadennad tan strobellus an okitaniz Medio Evo, ‘vel eus kaerder diaoulek ar personajoù diwanet e faltazi strujus arzourien Tal’Harn.

  L’édition 2007 s’est déroulée sur deux jours. Si on totalise les prestations gratuites du samedi, le repas médiéval, les entrées payantes du dimanche, les troupes et exposants, sans oublier les bénévoles, on peut évaluer à 7000 le nombre de personnes drainées à Pont–Croix pendant le week-end pascal. Tous ceux qui ont eu la chance d’y participer se souviennent encore des Vikings remontant le Goyen depuis Audierne, tout comme de l’envoûtant spectacle de feu des occitans de Medio Evo ou de la mémorable déambulation d’êtres d’une diabolique beauté issue de l’imagination fertile des artistes de Tal’Harn.

vicking-goyen-1.jpg

   E 2009 e voe graet kement a verzh, merket en taol-mañ gant tourterezhioù war varc’h ar strollad Ares, ken estlammus, war ribloù an aber

  L’édition 2009 connaîtra le même succès, marqué cette fois par l’éblouissant et spectaculaire tournoi du groupe Ares sur les rives du Goyen.

ares1.jpg

 

ares2-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  2011 a voe ar bloavezh ar roued, hini ar Roue Arzhur, ar Rouanez  Gwenhwyfar hag o lez, o weladenniñ Pontekroaz

  2011 sera une année royale, celle de la visite à Pont-Croix du roi Arthur, de la reine Guenièvre et de leur cour.

arthur-et-cour.jpg

  2012 a verkas ur cheñchamant bras en hor mod da labourat, da lavaret eo sevel ur gouel bras bep daou vloaz -- er bloavezhioù ampar -- hag ur marc’had produioù artisaned er bloavezhioù par : adkrouet hon eus un tourterezh war droad, ‘vel m’en dije gellet c’hoarvezout e 1358 : un taol berzh, ur wech c’hoazh, daoust d’an amzer fall-kenañ e deroù miz Gouere.

  En 2012 nous avons décidé de bousculer un peut notre mode de fonctionnement qui consistait à organiser une grand fête médiévale tous les deux ans, et un marché d'artisanat les années paire, nous avons recréer une joute à pied de chevaliers, tel qu'elle aurais pu ce déroulé en 1358. Ce fut de nouveau un succès, malgré la météo désastreuse de ce début Juillet!!  

joute-1.jpgjoute-2.jpg

  2013 a zo war ar stern dija : ar gouel a vo d’ar 6 ha d’ar 7 a viz Gouere, gant atav en hor spered  ar volontez da nevesaat, da estlammiñ pe, d’an nebeutañ, da gontantiñ hor biziterien.

  2013 se prépare déjà. Elle se tiendra cette fois les 6 et 7 Juillet, avec toujours une volonté d'innover, sinon d'éblouir, du moins de satisfaire nos visiteurs.

  Ar gouel-se zo dedennus-tre e meur a geñver : arvesterien eus un tammig pep lec’h deuet betek Pontekroaz o deus bet tro, gras dezhañ, da brizañ maeziadoù ha buhez sevenadurel hor c’horn-bro, ha seul dedennus eo ma ‘z eo ar gouel eus ar grennamzer nemeti e kreisteiz hon departamant. Festus, sevenadurel ha pedagogel, hor gouel a zo e-tailh da blijout d’an arvesterien a bep oadoù ha gant luskadoù disheñvel.

  Cette fête présente de multiples intérêts, elle permet d’amener un grand nombre de visiteurs à Pont-Croix, petite citée de caractère de Bretagne et dans le Cap-Sizun, de leur faire apprécier ses paysages et les différents aspects de sa vie culturelle, d’autant plus qu’elle est la seule grande manifestation médiévale du sud Finistère. Par son aspect festif, culturel et pédagogique, elle est à même de satisfaire un public de tous âges et de goûts différents.

  Lakaat war al leurenn buhez tud ar mare-hont e kêriadennoù Breizh eo pal an arvestoù kinniget d’hor biziterien : ur mare lakaet da deñval ha taer alies e speredoù an dud, met bet dizuet hiziv, dre voneur, gant an istorianed, evit ar pezh en deus degaset d’an denelezh war meur a dachenn. C’hoariet int gant strolladoù arzourien brudet un tamm mat pelloc’h eget hon harzoù. Diskouezerien, kalz anezho gwisket e mod ar Grennamzer, a grou hag a werzh, en o stalioù, produioù a bep seurt, en ur adreiñ d’ar gêrig he livioù, he c’hwezhioù hag he zrouzioù a wechall.

   Les spectacles ont pour but de mettre en scène la vie villageoise d’une époque souvent perçue violente et obscurantiste, mais aujourd’hui réhabilitée par les historiens pour ce qu’elle a apporté à l’évolution de l’humanité dans de nombreux domaines. Ils sont assurés par des troupes d’artistes dont la renommée dépasse largement nos frontières. Des exposants, pour beaucoup costumés, créent et vendent sur place, dans leurs échoppes, toutes sortes de produits tout en rendant à la cité son animation ses couleurs, ses odeurs et ses bruits.

  Na zisoñjomp ket ar pezh a zegas ar gouel d’hor sevenadur : bep tro, ur brezegenn, un diskouezadeg, ur sonadeg a vez kinniget d’an dud.  Skolioù ar gumun ha skolajoù ar c’hanton o deus kemeret perzh betek-henn dre ur genstrivadeg tresadennoù savet e-pad ar bloavezh-skol.

  Cette manifestation festive est également d’un grand intérêt culturel, puisqu’à chaque fois une conférence, une exposition concernant la vie au moyen âge ou un concert de musique médiévale, sont proposés aux festivaliers. La participation des écoles de la commune, primaire et collège, s’est traduite jusqu’à présent par une exposition de travaux d’élèves effectués pendant l’année scolaire.


  Ur gwir fest evit an holl, setu ‘pezh e c’heller envel Gouel ar Grennamzer e Pontekroaz, ha da gentañ evidomp-ni, annezidi ar gêrig… Gant ma pado bloavezhioù c’hoazh!

  Insistons sur son caractère réellement « festif », au sens propre du terme, puisqu’elle contribue à rapprocher les gens du village et des environs qui y participent de manière active, par exemple à travers la confection de costumes ou l’organisation de la fête proprement dite.

Crédit Mutuel de Bretagne, La banque à qui parlerlogo-ouestfrancefr-2.pnggif-logo-tlg-3.gif

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site